Le recycleur pour tous?

Plongeur recycleur

La plongée Tek et plus précisément la pratique de la plongée recycleur a enregistré une croissance particulièrement importante au cours de ces dernières années. Autrefois elle était considérée comme une pratique marginale. Aujourd’hui les esprits changent et l’activité se démocratise. Dans cet article nous abordons les raisons de cet essor, les freins qui subsistent encore et pourquoi vous devriez envisager de l’essayer et peut-être l’adopter.

Les connaissances évoluent

A ses début le nombre de pratiquants était assez réduit mais l’attrait pour le monde du silence, ses mystères, sa beauté et le calme qu’il nous procure ont rapidement attiré de nouveaux adeptes. S’il fut un temps où il était normal de plonger à l’air jusqu’à 80 mètres, il faut reconnaître que nous en savions vraiment peu et que bon nombre de plongées se sont réalisées dans l’inconnu, sous la forme de tests ou d’expérimentations. Alors que la plongée s’abordait sous forme d’expéditions, elle est par la suite devenue un loisir et nous nous sommes rapidement rendu compte qu’il était nécessaire de mettre en place des procédures afin d’encadrer la pratique et de limiter les risques pour que celle-ci soit adapté pour le plus grand nombre.

Les risques les plus courants qu’il fallait maitriser étaient la narcose, la toxicité de l’oxygène, la décompression, le froid, la panne d’air. Nous avons donc appris à réduire ces risques souvent via des mesures plus restrictives. On pourrait finalement les résumer par le fait de plonger moins profond, moins longtemps. Nous nous adaptions donc aux limites qui nous étaient imposées par notre corps et par le matériel que nous avions à disposition. Aujourd’hui nos connaissances sur la physiologie du plongeur sont bien plus importantes que ce qu’elles étaient à l’époque et le matériel est devenu bien plus sûr et performant. Alors ne serait-ce pas le moment de considérer le fait d’utiliser du matériel et des procédures nous permettant d’aller plus loin et de repousser les limites qui nous étaient imposées jusqu’ici ?

Bien sûr, certains estimerons que leur pratique actuelle de la plongée leur suffit et qu’ils n’ont pas besoin de plus pour pouvoir en profiter. C’est leur droit. Mais pour tous ceux qui sont animé par la découverte de l’inconnu et par l’exploration dans son sens le plus pur ce sera une suite logique.

Repousser les limites grâce à du matériel et des procédures adaptées

Dans la quête de l’exploration, l’arrivé du Trimix, mélange composé d’Oxygène, d’Hélium et d’Azote à permit de grandes avancées. Tous les risques n’ont pas été gommé par la simple utilisation de ce mélange de gaz et des procédures qui lui sont affiliées mais c’était le cas pour certaines des plus importantes. Entre autres, la toxicité de l’oxygène et la narcose. Les autres existaient toujours bel et bien et un nouvel élément entrait dans l’équation. Le coût. Pas seulement celui du matériel mais dorénavant celui du gaz et plus particulièrement de l’hélium. Un nouveau problème à résoudre.

C’est à ce moment qu’intervient le recycleur. Son principe consiste à recycler les mélanges de gaz que nous respirons. De là en découle de nombreux avantages supplémentaires. Une économie importante sur les gaz consommés, une déperdition calorifique très faible dû au fait de respirer un mélange chaud et humide en permanence, une autonomie presque illimitée, une décompression optimisée grâce à la fabrication du mélange optimal et en temps réel pour la profondeur à laquelle se trouve le plongeur. La solution à tous nos problèmes, notre ticket vers l’exploration, vers des plongées plus longues, plus profondes, plus sûr, en silence. A la vue de tous ces avantages, il serait judicieux de se demander pourquoi nous ne sommes donc pas tous déjà passé au recycleur. Nous allons voir que certains freins existent toujours.

Les freins

Evidemment, il est facile d’imaginer qu’un équipement disposant de tous ces avantages a aussi un coût. Il y a le coût du recycleur lui-même mais aussi celui de la formation. Si nous nous basons sur un simple calcul de « rentabilité », seul le plongeur profond régulier y trouveras un avantage financier par rapport à une pratique similaire en circuit ouvert. Ceci dit, le choix de passer au recycleur se fait rarement uniquement pour cette raison mais bien pour tous les autres avantages cités plus hauts. C’est donc plutôt la passion, la volonté d’aller plus loin dans sa pratique et de plonger différemment qui sont souvent décisionnaires. Et qui dit passion dit pratique régulière, ce qui est nécessaire lorsque l’on plonge en recycleur. Tout simplement parce qu’il y a plus de choses à prendre en compte et que ces choses finissent, comme tout, par s’oublier si elles ne sont pas pratiquées. Doit-on pour autant considérer que le recycleur c’est compliqué, que ce n’est peut-être pas fait pour nous ? Absolument pas. Tout bon plongeur ayant le niveau requis pour rentrer en formation soit le niveau 2 est capable de plonger en recycleur. C’est comme beaucoup de choses, ce n’est pas inné, ça s’apprends.

Par où commencer ?

Deux possibilités s’offrent à vous. La première, vous êtes décidé, vous possédez déjà un recycleur, vous avez l’intention d’en acheter un ou vous avez la possibilité de le louer. Dans ce cas, prenez contact avec votre formateur. Demandez des renseignements sur les différentes machines, comment acheter ou louer un recycleur, le déroulement de la formation, son coût…

Dans le deuxième cas de figure, la démarche n’est pas très différente. Commencez par prendre contact. Peut-être que vous obtiendrez les informations qui vous permettrons de faire un choix. Sinon, demandez à faire un essai sur une ou plusieurs machines afin d’y voir plus claire.

S’il était parfois difficile à une époque de trouver un centre ou un formateur, de nos jours la pratique est bien plus répandue et il existe maintenant de nombreux centres qui accueillent les plongeurs recycleurs et proposent des formations le long des côtes Françaises. DIVE AND TRAVEL vous propose des essais et des formations recycleur sur les machines JJ-CCR et AP-Diving. Nous sommes en mesure de vous accueillir à Saint-Cyr-Sur-Mer, Six-Fours-Les-Plages, Hyères et nous nous déplaçons sur demande. Nous attendons vos messages.

Laisser un commentaire